Comice N° 5 - LA FÊTE FUT BELLE !

Publié le 10 Septembre 2017

Alors que l'on annonce chaque année la fin des comices cantonaux, la commune de Chenu a relevé le gant en prenant l'organisation du 178ème comice agricole et rural du canton du Lude ces 26 et 27 août derniers.

Il a fallu près d'une semaine à une poignée de bénévoles pour tout installer dans une joyeuse organisation, sérieuse et concentrée car pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué : pays, communes, communautés de communes tout se chevauche et s'entremêle avec à chaque fois des interlocuteurs différents.

C'est là que réside le talent français comme le dit si bien, Jean Pierre, le philosophe catonicien : « c'est quand ça devient pire que ça peut aller mieux ! »

Fort heureusement, Solange, Gérard, Jean Pierre et Eric sont sur le pied de guerre et maîtrisent la situation. Quelques coups de fil plus tard, stands, barres, bâches, barnums, tables arrivent au fur et à mesure sur le lieu des futures festivités.

Michel, Pierre, Christian, Édouard, Yann, Christophe, Dominique, Pierrette, Martine, Monique, Laurent et les autres sont là.

« Le plan, il est où ? demande Michel.

« C'est Gérard qui l'a mais il est parti.

« Où ?

« ????????

« On n'a rien à faire...clame Jean Claude.

« Les gars du Lude devaient venir demain matin mais ils viennent d'arriver quasiment à la débauche. »

Il faut décharger.

« Attention, c'est gourmand en viande ces trucs là ! » lance Christian en parlant des barres de stands.

Ça grogne dans les coins. Une bière calme les esprits qui s'échauffent.

Le midi, tout le monde se retrouve dans la salle communale pour reprendre des forces autour d'un kir pamplemousse, Chinon et rosé, taboulé, carottes râpées, saucisses à la plancha, fromages et tartelette.

Solange qui court partout a oublié le pain : « j'y retourne » dit-elle.

Les anciens montrent aux jeunots dont je fais partie comment on monte un stand. Il y a de la bonne humeur, de l'entraide. C'est ça la vie de village ! Chacun fait ce qu'il peut.
Solange a décidé que les femmes feront la mise en place des tables pour le dîner-spectacle. Les mecs dehors, sauf Alain et Christian qui sont chargés de construire les escaliers de l'estrade où se produiront les vedettes.

Dans l'espace animaux, ça n'avance pas fort. Une rencontre avec des cailloux laisse Didier perplexe qui regarde sa tarière inefficace. Une solution est vite trouvée.

 

Eric et Gérard se prennent la tête pour répartir les stands en fonction des demandes.

 

« Pourvu qu'on n'oublie personne. On ferait bien d'avoir un ou deux stands de secours.

« On verra » répond Gérard.

Une petite équipe a attaché aux poteaux du village les sapins récupérés du côté de Broc à l'initiative d’Édouard.

La buvette, lieu stratégique, connaît quelques difficultés de montage. Le responsable est en vacances. Fort heureusement l'instinct de survie de l'équipe de bénévoles va faire des miracles. Ouf !

Et miracle, vendredi soir tout est pratiquement en place. On a fait appel à Christian pour creuser une tranchée avec son Staub dont le bruit caractéristique se reconnaît jusqu'à Saint-Germain, d'un beau bleu rutilant, comme neuf et repeint pour l'occasion. L'électricien peut passer ses câbles.

 

Sous la canicule.

Samedi matin dans la rosée dégoulinante des stands, tout un petit monde s'affaire pour aménager son espace : banderoles, podium, affiches, photos...

« Les jardins du Ruisseau » côtoient le stand sanitaire et chauffage de Christophe.

Marie-Odile et Frédérique transpirent à l'accueil. Gilles présente sa carte des chemins communaux et Choupette, la permaculture. Bruno et Chantal sont intarissables sur vie du rail locale et la rotonde ferroviaire de Château-du-Loir, les arboriculteurs sont tous là pour présenter leurs plus beaux fruits. On peut se faire masser chez Angélique. Il y a du miel, des légumes, des crêpes, de la généalogie. Eric fait découvrir sa «  Bertanne », une race de pomme ancienne. Xavier, le sculpteur catonicien, a taillé, spécialement pour l'événement, une magnifique colonne surmontée de trois pommes. Les vieux tracteurs Société Française font face aux nouveaux engins agricoles bardés d'électronique.

Les officiels sont à l'heure. On discute à chaque stand. L'ambiance est bon enfant. Il fait chaud, très chaud.

Les éleveurs attendent avec impatience le moment où ils vont pouvoir emmener leurs animaux qui souffrent et s'énervent.

Au vin d'honneur, le kir-pamplemousse coule à flot.

Il fait chaud, terriblement chaud : 35, 36, 38°... on ne sait plus. On bronze à travers les barnums ...

On déjeune vite fait d'un plateau-repas avant de se retrouver au concours de labour organisé par les jeunes agriculteurs : tracteurs, motoculteurs, chevaux. Au bêchage à la fourche, Louis-Jean et Solange font une démonstration.

La nuit tombée, 500 personnes se retrouvent pour le dîner-spectacle animé par « Family Cabaret » avant de danser jusque tard dans la nuit.

Dimanche une magnifique messe Gospel est célébrée par le père Bruno et le frère Marie-Benoît de la communauté Saint-Jean de Notre-Dame-Du-Chêne.

 

Il fait chaud, très chaud dans l'attente du défilé parti à 14 heures de la gare. Aînés ruraux, Amis du Sivos, chasseurs, pétanque-club, AFN, Comité des fêtes, chaque association présente un char décoré de fleurs en papier que Catherine, Pierrette, Monique, Martine et nos jeunes aînés ruraux ont fabriquées pendant l'hiver.

 

Les voitures de collection sont là précédées des fanfares : la Banda ludoise, les harmonies de Dissé-sous-le-Lude, Luché-Pringé et la musique arcéenne. Les danseux du Nais ont chaussé les sabots et Bollywood in Tours se déhanche sur la scène.

Francky, l'animateur qui n'a pas sa langue dans la poche anime la remise des prix et le tirage de la tombola : caisses de pommes, ordinateur, voyage et même séjour gratuit au terrain de camping de Chenu.

Le soir, le jambon grillé attire la foule sous la chaumière.

La buvette a fait le plein ou plutôt le vide : 1200 litres de bière consommés. Certains en ont même oublié la consigne suprême :« à consommer avec modération. »

Enfin, à la nuit tombée, les fusées rouges, bleues ou jaunes du feu d'artifice marquent la fin des festivités.

Le succès est complet.

Chenu a gagné son pari : Réussir l'organisation du 178ème comice du canton du Lude !

Bravo !!

 

Rédigé par Yves de Saint Jean

Publié dans #comice

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article