L'ETE DE LA SAINT-MARTIN

Publié le 3 Novembre 2017

Aquarelle Yves de Saint Jean

 

« L'été de la Saint-Martin dure trois jours et un brin. »

 

Comme beaucoup de villages, Chenu, notre village, est placé sous la divine protection de Martin, l'évêque évangélisateur.

Européen avant l’heure, symbole du partage, Martin est né en 316 en Panonie (Hongrie). Il passe sa jeunesse à Pavie en Italie et à 15 ans il est enrôlé dans un régiment de cavaliers de l’armée romaine. C'est à Amiens, où il est en garnison qu'il partage la moitié de son manteau pour le donner à un pauvre mourant de froid.

Converti, il s’installe à Ligugé près de Poitiers. Élu Évêque de Tours, Martin crée le monastère de Marmoutier puis des églises rurales de la Gaule.

 

Soucieux de l'unité de l'église, l'urgence le conduisit aux confins de la Touraine pour réconcilier deux groupes de moines tourangeaux et poitevins. Son intervention fut couronnée de succès mais le lendemain, épuisé par sa vie de soldat du Christ, Martin fut pris d'une grande faiblesse à la tombée du jour et mourut à Candes le 8 novembre 397 à l'âge de 81 ans.

 

Selon ses désirs, on étendit son corps sur des sarments comme mouraient les saints hommes. On alluma des cierges et les moines commencèrent les prières des morts. Les deux groupes se disputaient les restes du vénérable évêque tant était grande sa renommée.

Lorsque les poitevins s'endormirent, les moines tourangeaux, restés éveillés, passèrent avec d'infinies précautions le corps de Martin par une petite fenêtre, l'enveloppèrent de son manteau et le transportèrent dans le plus grand silence sur une gabarre². Celle-ci poussée par des vents favorables remonta la Loire vers Tours où elle arriva le 11 novembre accueillie par des milliers de tourangeaux qui transportèrent le corps de Martin dans la crypte de la basilique Saint-Martin au cœur du quartier historique.

 

Sur le passage de la gabarre avec le corps de Martin, un phénomène étrange se produisit car bien que l'on fût à la mi-novembre, arbustes et buissons d'aubépine sur les rives du fleuve se couvrirent de fleurs blanches et les oiseaux se mirent à chanter.

 

Depuis ce miracle à l'automne 397, un adoucissement de la température se renouvelle chaque année appelé désormais « l'Eté de la Saint-Martin ».

 

² Gabarre bateau traditionnel de Loire à fond plat destiné au transport de marchandise

 

Rédigé par Yves de Saint Jean

Publié dans #patrimoine

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Bonjour,
J'aime beaucoup vous lire et votre blog.
Je vous invite à me rencontrer sur mon blog 3E éditions.
Amicalement
Viviane Janouin-Benanti
Répondre