AVEC ARDOUIN-DUMAZET DANS LES VAUX DU LOIR - EPISODE 1

Publié le 20 Mars 2018

Croquis aquarellé Nogent-sur-le-Loir Yves de Saint Jean

 

Soldat avant d'être journaliste et écrivain, Victor Eugène Ardouin-Dumazet rédige entre 1893 et 1907 « Voyages en France ». Par leurs succès populaires, les articles parus dans le journal "Le Temps" vont devenir une œuvre colossale en 70 volumes publiés par l'éditeur Berger-Levraut dans lesquels il décrit d'une plume alerte, soignée, vivante et littéraire les activités agricoles, industrielles et touristiques des différentes régions françaises constituant ainsi un précieux document sur l'état de la France rurale en cette fin du XIXème et début du XXème siècle.

 

Pays, mœurs, productions industrielles, agriculture, conditions de travail, tout est méticuleusement passé en revue : « ...je suis monté sur tous les monts, grandes chaînes ou massifs modestes, écrit-il : j'ai suivi de leur source à leur embouchure ou remonté de leur embouchure à leur source tous nos fleuves, toutes nos grandes rivières ; j'ai étudié le laboureur dans les vastes plaines, le vigneron sur ses coteaux fortunés, le bûcheron dans les sylves profondes... Je l'ai fait sans lassitude, toujours plus épris de la terre natale, qu'il faut faire aimer par tous en disant les efforts de ses enfants pour la rendre plus féconde.... »

 

Ardouin-Dumazet en 1919

 

On a comparé son travail au célèbre « Voyages en France » d'Arthur Young entrepris dans les années 1787, 1788 et 1789, description passionnante de l'état du pays dans ces années prérévolutionnaires. Mais la démarche d'Ardouin-Dumazet est plus considérable car Young consacra seulement 2 volumes qui ne traitent essentiellement que de préoccupations agricoles. Les conditions n'étaient pas les mêmes. Tandis que Young parcourait lentement nos campagnes sur une jument grise, Ardouin-Dumazet utilisa tous les moyens de locomotion modernes de son époque.

 

Académie Française, sociétés de géographie, société nationale d'agriculture ainsi que la très influente association du « Touring-Club » couronneront par de nombreux prix et distinctions l’œuvre considérable d'Ardouin-Dumazet et les petits ouvrages à la couverture verte seront de nombreuses fois publiés jusqu'à la première guerre mondiale.

 

 

 

 

Une belle randonnée en vallée du Loir

 

 

Aquarellle - Chenu - Yves de Saint Jean

 

 

Ardouin-Dumazet aimait beaucoup la vallée du Loir : « La rivière du Loir est le charme de trois provinces ; ses rives sont incomparables et constituent une des plus belles choses de notre France. On m'a souvent demandé ce que je préférais en dehors des grands massifs de montagnes et des bords de nos mers : invinciblement, il m'est toujours venu à la pensée deux petites régions : les rives du Loir, de Vendôme à la Flèche, et le Pays Basque. Et c'est pour les Vaux du Loir que je penchais le plus volontiers...de Vendôme à Château-du-Loir, les sites gracieux se suivent. Ce ne sont pas les grands horizons des montagnes, ni les larges échappées du val de Loire ; mais la vallée est si gracieuse, ses collines ont des reliefs si doux, des accidents de terrains si imprévus, les villages creusés dans la roche ont une telle originalité, les grandes ruines un caractère si romantique, qu'on ne voit rien à retoucher à ce paysage éminemment français... » écrit-il de passage à Troô en avril 1903 ou 1904.

 

Écrivain consciencieux, chercheur infatigable, il considérait, à juste titre, que la grande œuvre à laquelle il s'était voué, devait pour conserver sa jeunesse être continuellement revue. Il a donc repris ses premiers volumes pour les remettre en harmonie. Plus complets, ils tiennent compte des changements survenus dans la période de quinze à vingt ans qui sépare la première publication et les derniers écrits. Ses chapitres sur les « Vaux du Loir » ont été publiés par Berger-Levraut en avril 1910 dans la 56ème série.

 

J'ai eu envie de partager la vision de cet homme cultivé, passionné et passionnant qui raconte notre vallée du Loir à l'aube du XIXème siècle finissant et du début du XXème siècle en reprenant ses notes écrites à Troô, Château-du-Loir et Pontvallain.

 

Je vous propose cette balade, en plusieurs épisodes pour ne pas trop se lasser.  Nous irons en sa compagnie de Montoire, Vendôme, La Chartre ou Lavardin en passant par les vignes de Chenu, Flé ou Jasnières. Nous découvrirons, les manufactures, moulins, tanneries, filatures et imprimeries aujourd'hui disparues. On le suivra dans la gastine de Ronsard, au château du Lude, dans les allées de la foire du Raillon, à La Flèche et Baugé. Sous sa plume alerte nous visiterons les villages troglodytes, Saint-Paterne-Racan, l'élevage des volailles de la race de la Flèche et bien d'autres choses encore….

 

Tout un programme !!!

 

A suivre....

 

Rédigé par Yves de Saint Jean

Publié dans #patrimoine

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article