UN SOUPER DE PANTAGRUEL A LA GRANGE DIMIERE

Publié le 28 Mars 2018

 

Pays d'authenticité, de douceur de vivre, de diversité, notre vallée du Loir n'est pas seulement le pays des manoirs, châteaux et belles demeures, c'est aussi celui du bien-manger et du boire joyeux.

 

Pantagruel, fils de Gargantua et de Badebec, avant son grand voyage en quête de l'absolu avait décidé de partir à la rencontre des villes et villages de son royaume. Après avoir enjambé les rives de la Loire, il avait décidé de partir à la découverte des mille et un secrets de nos campagnes qu'arrosent ces douces rivières que sont le Loir et la Sarthe.

 

Averti de son arrivée prochaine, le Chef-de-Ville, grand ordonnateur des lieux, sonna le branle-bas et chacun fut prier d'apporter son aide bénévole comme lors de tous les grands événements du village. On nettoya de fond en comble la grange Dîmière et dans l'urgence il convoqua maîtres de la fine gueule, cuisiniers, rôtisseurs, sauciers et princes de la dive bouteille.

 

L'arrivée du géant fut triomphale, le village était en liesse mais l'appétit aiguisé par l'air vif et la beauté de nos campagnes, il s'exclama : « Cette tournée dans votre magnifique pays a mis mon royal estomac au tréfonds de mes chausses. Je veux faire un repas qui corresponde à mon cruel appétit. Que me proposez-vous ?

 

Aussitôt on l'installa dans un confortable fauteuil fabriqué pour l'occasion par le meilleur charron du village et on commença à déposer sur une table démesurée toutes sortes de mets colorés et toute la population s'installa dans un grand chahut pour festoyer avec le roi.

 

« Pour débuter, Monseigneur, nous vous recommandons, assaisonnés de sel de Guérande, radis et céleris que vous croquerez de bonheur puis nous vous offrirons une onctueuse soupe aux lentilles. Nous sommes allés pêcher nos meilleurs poissons : friture du Loir, sandre et brochet au beurre blanc, carpe farcie de nos étangs, matelote d'anguille de la Fare avec bouquet garni et alose grillée à l'oseille.

« Je me réjouis de cette entrée, cela commence bien, continuez ! dit Pantagruel.

 

« Nous poursuivrons par un chapelet de cochonnailles : andouillettes, jambons, rillettes, et rillons seront à votre goût. Vous pouvez compter sur nous pour les pâtés, terrines et foies gras truffés.

Ensuite, vous rendrez hommage à nos volailles, poularde de la Flèche, fricassée de géline du Pays-de-Racan et à ce moelleux chapon du Mans puis vous vous régalerez de nos gibiers : faisans aux cèpes, pigeonneaux aux petits choux, lapins de garenne, civet de lièvre et pâté de hure. »

 

Le roi rit si fort que l'on crut au tonnerre et la crème en trembla dans les pots de grès.

« Continuez, continuez, tout ceci me plaît !

 

« Monseigneur, pour vous, nous allons mettre au feu les légumes de nos meilleurs maraîchers qui œuvrent dans nos jardins et hameaux du « Ruisseau » et de la « vallée de la rivière » : pommes de terre, carottes, épinards, haricots, rouges tomates, bettes, panais, petits pois et cette délicieuse asperge qui fond dans la bouche.

 

Nous poursuivrons par un florilège de salades : grasses laitues, scaroles, chicorées, mâche et cresson de nos fontaines... Elles accompagneront les saveurs de nos fromages avec qui le gourmet retrouve le courage : faisselle de fromage frais, crème onctueuse, Petit-Troô au lait de vache affiné aux herbes, chèvre frais parfumé et sec de Marçon ou de Pontvallain...

 

« Je me régale d'avance mais est-ce donc tout ce que vous me proposez ?

 

« Enfin, noble seigneur, pour terminer vous vous réjouirez de fruits, pâtisseries, confitures et autres pourlècheries aux saveurs exquises et sucrées : guignes juteuses, poires bon-chrétien, pruneaux de Tours, pommes de reinette des Quantières, fraises au parfum de sous-bois, pain d'épices au miel de pays, tartes aux prunes Reine-Claude, macarons, crêpes, biscuits et fines galettes.

 

« Mes amis, je me réjouis de cet accueil qui fait honneur à votre contrée, votre menu me convient et il contient tout ce qu'il faut. Cependant mon cœur reste à la tristesse car, si bien manger me sied, j'aime aussi bien boire !

 

« Noble seigneur, nous avons ici les meilleurs cépages de Pineau d'Aunis et de Chenin qui fournissent les crus les plus fameux, reprit le sommelier. Nos coteaux de Jasnières, Chenu, Marçon, Chahaignes et jusqu'en Vendômois produisent les meilleurs vins blancs secs, clairs, liquoreux et pétillants, rosés frais et parfumés, rouges rubis et veloutés et pour vous, Monseigneur, nous irons au plus profond de nos caves de tuffeau chercher avec respect nos plus vieux millésimes dans leurs flacons poussiéreux.»

 

Pantagruel ne savait plus quoi dire devant tant de trésors cachés et de si merveilleux talents jusqu'alors ignorés en son royaume.

Alors se dressant avec fracas de son siège en levant son verre, il s'écria :

 

« Grand merci à vous gens de cœur ! Au lieu d'un jour en ce pays, je voudrais y vivre toute ma vie ! »

 

 

Rédigé par Yves de Saint Jean

Publié dans #patrimoine

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article