CHENU - SOUVENIRS D'ECOLE

Publié le 8 Septembre 2019

 

Aquarelle Yves de Saint Jean

 

 

* A l'École de Chenu *

 

La photo de classe, ces clichés d'une autre époque font partie de notre histoire et de notre imaginaire. Elles sont les  images d'un monde perdu, celui de notre enfance,

Il y a quelque temps deux amies de Micheline, ma mère, (Huguette Gautier et Yvette Cureau) étaient venues la voir. Ensemble elles avaient remis des noms sur des visages. Pour quelques-unes la mémoire avait fait défaut. Ces tirages étaient rangés dans un tiroir dans un album à photos, preuve de leur importance comme témoins nostalgiques d'une histoire passée.

Ces photos ont près de 80 ans. Beaucoup de ces visages ont disparu, d'autres revivent peut-être dans leur solitude ces souvenirs de jeunesse.

 

 

 

Cette photo de classe restaurée sur photoshop par un élève américain de ma soeur a peut être été prise avant ls années 1920. Ma grand mère Marceline, née en 1907,  y figure. sur la photo elle doit avoir une douzaine d'années. Sa soeur Marie Louise née en 1912,  au premier rang des filles debout avait sans doute 7 ou 8 ans. A une ou deux années près cela correspond. D'autre part la mairie  a été construite en 1910.

On peut remarquer, malgré la mauvaise qualité du cliché jauni par le temps et abîmée sur le côté droit, qu'il y avait, à cette époque à Chenu plus d'une centaine d'élèves. Les temps ont bien changé.

 

 

 

* Année scolaire 1941-1942 *

 

 

 

 

En regardant la photo en partant du haut et de gauche à droite.

Premier rang :

Christiane Lépinay, Gisèle Viau, Hélène Toutain, Yvette Cureau, Micheline Ribouillault, Christiane Dutertre, Mme Jeanne Tiennot l'institutrice.

Deuxième rang :

Mireille Binet, Thérèse Milon, Julienne Cureau, Liliane Brossier, Jacqueline Pinart, Jeanine Juignet, Gilberte Pangay, Ginette Goutard.

Troisième rang :

Madeleine Delétang, Monique Biard, Huguette Le Dilly, Josiane Fouquet, Jeanine ???, Geneviève Coursier, Christiane Déze,

En bas assises :

Christiane Lecalvez, Francine Leproust, Georgette Houdin, Christiane Gauthier, Odette Déze, Jacqueline Dupuy, Christiane Brossier.

 

 

* Année scolaire 1945-1946 * 

 

 

 

 

En partant du haut et de gauche à droite.

Premier rang :

Liliane Copin, Christiane Gauthier, Georgette Houdin, Huguette Le Dilly, Christiane Lecalvez, Mle Lucienne Goulet-institutrice.

Deuxième rang :

Bernadette Brimbal, Lucette Tessier, Christiane Brossier, Lucette Logereau, Mauricette Le Dilly, ??????, Francine Leproust.

Assises :

Huguette Gautier, Mauricette Houdin, Jacqueline Simier, Bernadette Courtin, Gisèle Brossier, Ginette Lecalvez, Régine Menant, Claudette Lecomte, Mauricette Fouquet, Monique Copin.

 

 

* Année scolaire 1941-1942 *

 

Sur cette photo il n'y a pas de noms. Si certaines personnes se reconnaissent ou retrouvent un parent ou un ami merci d'apporter votre contribution à ce blog.

 

 

 

 

* Petite histoire de la photo de classe

 

Quelques décennies après l'invention de la photographie par Nicéphore Niepce en 1826, la photo de classe, au fort pouvoir nostalgique, est devenue un rituel quasi incontournable depuis la maternelle jusqu'au lycée.

Elle est le témoin de son temps et le reflet d'une histoire politique, culturelle et sociale de l'école. Elle est d'une richesse insoupçonnée avec de nombreuses indications pour l'historien, le sociologue ou le pédagogue : choix du lieu de la prise de vue, mise en scène et pose des élèves, évolution des costumes et habits, différences visibles entre les établissements de la ville ou de la campagne ainsi que ceux privés ou publics.

 

Elle est un document et un objet symbolique conservée précieusement et transmise au sein des familles. Elle est encadrée, posée sur la cheminée ou le buffet de la cuisine, épinglée dans la chambre ou sagement rangée dans l'album chronologique des photos de familles.

 

Les premières photos de classe sont réalisées en 1860 dans les établissements les plus réputés qui les exposent. Avec l'instauration de l'école gratuite et laïque de Jules Ferry, dans les années 1881-1882, la photo de classe devient le nécessaire reflet d'un ordre et d'une forme scolaire avec les valeurs de rigueur et d'obéissance des élèves.

 

Depuis plus d'un siècle et demi des millions d'élèves posent chaque année pour cette photo de classe dont l'âge d'or se situe entre 1950 et 1980 avec la généralisation de la photo couleur. Sa pratique est réglementée par des circulaires et son impact économique contrôlé par les coopératives scolaires ou caisses des écoles ainsi alimentées par les dons volontaires des parents qui achètent les photos. Un partie de l'argent va au photographe, le reste pour la coopérative scolaire.

Depuis la photo aux mines sérieuses, souvent sans sourire, des années 1930 ou 40 où les positions identiques étaient de rigueur, la photo de classe d'aujourd'hui est plus détendue, décontractée, les visages plus souriants. On peut même faire la photo grimace, sur un thème ou un déguisement.

 

Avec l'ordinateur et internet le phénomène a pris une autre dimension. Consultables en ligne ces images permettent de retrouver ses photos ou celles de personnes connues. Il y aurait près de 13 millions de personnes membre du site « Copains d'Avant » et 9 millions sur « Trombi.com » qui proposent de partir à la recherche d'anciens camarades. Un bon moyen pour recréer des liens, pour repartager des moments chaleureux et de bons souvenirs ou d'autres plus douloureux.

 

La photo de classe objet symbolique et démarche nostalgique.

 

Rédigé par Yves de Saint Jean

Publié dans #patrimoine

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Bonjour à tous!
Mêmes recherches sur Marigné-Laillé...
Nous avons retrouvé dans les archives municipales les cahiers d'appels que tenaient quotidiennement les instituteurs et ce depuis 1880... Je pense qu'ils doivent être obligatoirement conservés. Ils fournissent les noms des élèves par classe et deviennent source irremplaçable d'identification des élèves et instituteurs qui figurent sur les photos...quand la mémoire humaine n'a pas totalement disparu!
Bonne recherche!
JFC
Répondre
P
Bonsoir,
J'ai connu des Houdin à Chenu, dont Jean MPF en Algérie, qui travaillait pour nous ainsi que sa maman..Et "Mimile" Dutertre, une figure locale, je crois que son épouse était institutrice à Chenu..
Est-ce que ce sont des clichés de Ballara, le fameux photographe de Château la Vallière ? Il a photographié pratiquement toutes les noces du secteur et les scolaires pendant de longues années..Guère de différences vestimentaires entre les gamins de 41/42 et ceux de ma génération plus de 12 après à la communale de CLV..Je ne sais pas ce qu'est devenu son fonds photographique, mais c'est une mine d'or locale à sauvegarder...
Cordialement
Répondre
Y
Bonjour
Il y a toujours des Houdin à Chenu. Je suis ami avec Maurice le fils de Roland grand copain de mon père. la famille Houdin habite Gransard. Maurice a été pendant 5 ou 6 mandat maire de Brèches et directeur de l'école de Neuillé Pont Pierre. Son épouse originaire de Vouvray à côté de Tours était également dans l'enseignement. Ce sont des gens très bien qui ont le coeur sur la main. La soeur de maurice habite également à Gransard. Pour ce qui est des photos je n'ai pas l'origine du photographe ma mère avait sans doute coupé les images pour les mettre dans l'album. Que sont devenus les fonds de tous ces photographes, il serait intéressant de le savoir à Château la Vallière comme à Château du Loir. Une enquête à mener. Bonne journée. Amicalement