MON HOROSCOPE DES SAISONS

Publié le 26 Janvier 2020

 

 

Les discussions s'éternisent. Tous les sujets « bateaux » avaient été quasiment épuisés : météo, climat, économie, fin du monde, petites douleurs … Chacun a son idée, d'accord, pas d'accord, peu importe, le rôti était à point, les pommes de terre fondantes, le dessert pas trop sucré et les vins parfaitement choisis. Hôtes et invités sont ravis de se retrouver.

Avant de prendre congé infusions ou cafés.

 

C'est à ce moment précis où l'on commence à chercher les clés de voiture que l'une des invités pose la question surprise :

« De quel signe êtes-vous ? »

 

Il n'en faut pas moins pour que la conversation reparte de plus belle. Clichés et banalités s'enchaînent à nouveau et l'on découvre que l'horoscope a encore de beaux jours devant lui.

 

Je n'ai pas la tête dans les étoiles et la science astrologique me laisse souvent perplexe même si je dois reconnaître que la lune a parfois une influence sur mon sommeil, la poussée de mes cheveux et le développement, bon ou mauvais, de mes légumes au jardin.

Les saisons pour le jardinier ont une signification.

 

 

 

 

Imaginons que je pose la question autrement et que je dise :

« Quel est votre mois de naissance ? ».

On pourrait alors envisager, avec cette approche personnelle, que le comportement de chacun serait différent selon qu'il est né au printemps, en été, en automne ou en hiver.

 

Ainsi, ceux nés au printemps auraient l'optimisme des beaux jours qui reviennent. Tenaces, volontaires, audacieux, volontiers dépensiers, entreprenants quitte à abandonner trop vite. Amoureux, ils adorent être aimés en retour.

 

Celles et ceux qui ont vu le jour sous les ardents rayons du soleil de l'été seraient extravertis, capricieux, fantaisistes, aimant ce qui brille, volages mais généreux et faisant confiance.

 

Les natifs de l'automne récolteraient les fruits de leur labeur. Mon horoscope les voit débonnaires. Diplomates, ils savent arrondir les angles des conflits. Ils sont paisibles, joyeux épicuriens, fidèles et généreux aimant partager.

 

Les gens de l'hiver seraient pointilleux, travailleurs et économes, amassant avec précaution en prévision des mauvais jours. Parfois orgueilleux, méfiance et bon sens les invitent à redouter le hasard et les grandes entreprises. Plutôt famille-famille, ils sont fidèles en amitié.

 

On le voit, mon horoscope trace des traits de caractères généraux. En poursuivant la démarche on peut imaginer que le mois de la conception a aussi son importance et dans ce cas chacun peut avoir double visage, être soi-même et son contraire celui du mois de sa conception et celui du mois de sa naissance.

Les natifs de l'hiver ont été conçus au printemps, ceux nés au printemps en été. Les naissances de l'été viennent des nuits d'amour de l'automne quant à ceux de l'automne issus de gros câlins en hiver.

 

Quel bazar ! A toutes ces dualités, il faudra tenir compte de l'avancement de l'âge, de l'expérience, et des aléas de la vie qui a ses saisons du printemps de la jeunesse, de l'âge mur de l'automne à l'hiver de la vieillesse.

 

Alors, après toute cette discussion de fin de soirée bien malin celui qui a la vérité et croit savoir.

 

En bon jardinier, seules comptent les saisons.

 

 

A bientôt - Amitiés !

 

 

 

 

Rédigé par Yves de Saint Jean

Publié dans #Potager de Saint Jean

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
L'année 2020 s'annonce pleine de réflexions à te lire. Je n'ai pas fini de me faire des noeuds au cerveau. J'avais déjà du mal à me retrouver avec mon horoscope puisque le 21/12 est souvent SAGITTAIRE , seulement pour certains horoscopes CAPRICORN. J'avais omis de me pencher sur la date de la conception et voilà que c'est un gd bazar... La nature est plus futée! Bises
Répondre
S
Qu’est-ce être un bon jardinier ? Certes observer les lunes, montantes, descendantes, mais est-ce aussi éradiquer les « mauvaises herbes » avec acharnement, est-ce planter au cordeau, est-ce être fier d’un potager « propre en ordre » comme disent les Suisses, ou bien est-ce être sensible à la permaculture, penser que tout est utile et qu’il n’existe aucune mauvaise herbe, est-ce croire que certaines espèces et variétés protègent voisins et voisines, est-ce supprimer la bêche tueuse de vers de terre ? La discussion est ouverte…
Amicalement
Répondre