VIVE LE TROC

Publié le 9 Avril 2022

 

 

Il y a quelques jours, des amis ont organisé un troc de plantes. On vient avec son géranium et ses bulbes de glaïeuls, en échange on repart avec des plants de salades, de fraisiers, des boutures...

Idée originale ?  Pas tant que ça !

A l'école, déjà on troquait : « donne moi un chewing- gum et je te file des billes » ou « aide-moi dans ma rédaction et je te fais ton problème de maths. »

 

Le troc est sans âge, si ancien, si antique. Il est le plus vieux système financier, sans finance, la plus ancienne manière de monnayer, sans monnaie.

Le terme troc est emprunté au latin « trochus » qui signifie cerceau, roue, anneau.

Quant aux « troques » se sont des coquilles de mollusques utilisées pour leur nacre servant de monnaie d'échange.

 

 

 

 

 

 

Du troc toujours du troc

 

 

Le troc est plein de qualités. Il est d'abord libre car on peut troquer ce que l'on veut, où l'on veut, quand on le veut et les troqués des troquants prennent toutes les formes : celles de timbres, de jouets en plastique, de plantes, de sourires, de bonjours.

On peut tout troquer mais pas contre rien.

 

Le troc doit toujours être honnête. On ne court pas le risque d'acheter du vent ou d'investir dans une baudruche qui éclate au premier coup de panique en bourse.

Le troc met en balance deux valeurs rendues égales par un dénominateur commun : le désir.

 

En troc, il ne peut y avoir escroquerie ou vague sentiment d'arnaque car le troc est sentimental ; les échanges n'ont pas de valeur monétaire fixe. Ils sont estimés d'une manière changeante. Les coûts s'établissent par coups de cœur. Il n'y a pas vente, il y a échange. La propriété devient une variable mouvante, interchangeable. Elle est émotion, envie, changement.

 

 

 

 

 

 

Troc des villes, troc des champs

 

 

Le troc est intemporel, universel, multiple, sans frontières écologiques ou climatiques qu'il soit troc des villes ou troc des champs.

A la campagne, on troque les produits de son jardin, de sa ferme, salades contre haricots verts, pommes contre poireaux. On peut aussi troquer des heures de travail, bêcher un coin de jardin ou faire les foins contre une participation aux vendanges.

 

A la ville, le troc citadin est aussi bien le troc de service comme d'objets. Une voisine amène ses enfants à l'école, on se charge de les ramener, le soir on prend la clef du cinéma en laissant la clé de la porte d'entrée à une amie.

Avec les enfants, si les âges de deux familles s'étagent on peut troquer les habits, les livres scolaires, les Tintin et Milou. Pour le troc scolaire on peut dépasser le cadre familial et organiser en fin d'année un vaste « après-midi troc » où on échange cartables, livres, tenues de sport, le sérieux comme le ludique.

 

 

 

 

 

 

Réseaux d'échanges

 

 

Le troc peut avoir des allures de pigeon voyageur. Un anglais peut venir apprendre le français et un français partir apprendre l'anglais. Il y a le troc de séjours, d'hospitalités, d'horizons, de mentalités.

Pourquoi ne pas troquer son domicile contre une maison à l'étranger au moment des vacances, troquer une pièce innocupée contre des heures de babby-sitting ou des aides pour les devoirs de français ou de math.

Entre amis on peut troquer un coup de main pour repeindre le couloir contre la couture de rideaux ou la pose de la moquette.

 

Si l'on recherche un objet plutôt bizarre ou une drôle de chose un peu rare, le meilleur moyen est la petite annonce dans quelques journaux spécialisés ou les réseaux d'échanges : les trocs aux plantes, les après-midi « trocs-parties » organisés par les particuliers, les réseaux communautaires dédiés par internet, les réseaux d'échanges inter-entreprises, les plateformes entre particuliers sur le web qui proposent de troquer des biens sans contrepartie financière mais dans une optique de consommation responsable, durable et un esprit collaboratif ou solidaire.

 

 

 

 

 

 

Tout se troque, absolument tout...sauf l'argent

 

 

Tout le monde a quelque chose à troquer et il n'y a pas de personnes inaptes au troc.

Une seule exigence : être honnête.

Si aucune loi ne réglemente le troc, une seule se suffit à elle-même : le respect d'autrui.

 

Ne pas oublier que le troc ce n'est pas seulement des objets ou des services qui passent d'une main à une autre mais un petit courant indéfinissable, magique, savoureux, inestimable qui est celui de la rencontre, du goût de faire plaisir en se faisant plaisir.

 

 

 

 

« Souffrant d'insomnie, j'échangerais un matelas de plumes

contre un sommeil de plomb. »

Pierre Dac

 

 

 

 

Bonne et agréable semaine !

 

 

 

Rédigé par Yves de Saint Jean

Publié dans #patrimoine

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
et si on "échangeait" tout, comme le font les pygmées que tu as surement fréquentés, si on ne" vendait" plus rien, PLUS besoin de T.V.A.!!<br /> nos états , soit disant civilisés, devraient inventer autre chose pour financer leur gaspillage! <br /> A méditer en cette journée électorale!!!<br /> Sourires!!!!!! A.D. ecommoy
Répondre
Y
Je crois qu'on en est bien loin<br /> amitiés<br /> Yves