FLEURS ET PLANTES CELEBRES 2 : LA FLEUR DE L'EMPIRE

Publié le 8 Mai 2022

 

 

A Saint Jean, à l'abri d'un vieux muret du jardin, elle éclot comme chaque année en mai depuis des décennies.

Elle est née très loin d'ici, dans les jardins somptueux d'une Chine d'un autre temps. Elle n'est douée d'aucun pouvoir, contrairement à ce que l'on a pu dire. Elle ne sert à rien, elle est belle et parfumée tout simplement.

C'est sans doute à ce titre que le taoïsme en a fait le symbole de la féminité.

Dans les montagnes de la région de Ho-Nan on l'appelait « fleur de l'Empire », c'est dire toute sa noblesse.

 

Cette reine du printemps aux mille légendes, nous tient en haleine chaque année. Elle trouve sa place dans la notabilité des fleurs aux côtés de l'orchidée, du camélia, de l'oeillet du chrysanthème, de l'iris ou du narcisse.

« Miroir, miroir, dis moi qui est la plus belle ?» si nous étions à sa place, sans hésiter la réponse serait :

 

 

La pivoine du bout du monde

 

 

 

 

Elle appartient au genre « Paeonia ». Immédiatement reconnaissable grâce à ses fleurs captivantes, énormes, d'une beauté fragile, populaire dans le monde entier.

 

Au delà de sa beauté, la pivoine était essentiellement reconnue pour des vertus médicinales qui lui collent aux pétales depuis des siècles. On dit qu'Hippocrate se servait de la plante pour traiter l'épilepsie, favoriser les menstruations et l'expulsion du placenta après l'accouchement. On accrochait des colliers de graines de pivoines au cou des enfants pour favoriser la dentition.

Théophraste la considérait comme une plante magique qui guérissait de nombreux maux, mais qu'il fallait la cueillir la nuit sous peine de se voir frapper de grands malheurs.

 

Cette faculté a nourri un mythe grec, où se mêlent colère des dieux et guérison. Son nom lui viendrait du médecin Pean, disciple d'Asclépios, dieu de la médecine. Pean aurait découvert une racine capable de calmer les douleurs des femmes durant l'accouchement. Jaloux du talent de son protégé, Asclépios décida alors qu'il méritait de mourir.

Fort heureusement pour Pean et pour nous, Zeus proposa une punition moins dramatique et changea le jeune médecin en fleur, notre pivoine.

 

 

La pivoine s'impose au pays du soleil levant comme une fleur emblématique

 

 

 

 

En Chine, de nombreuses monographies mi-botaniques, mi-poétiques lui ont été consacrées. Elle est la reine des fleurs depuis que les Tang et que Li-Bo, poète chinois de Luoyang, alors la plus belle ville du monde, l'a chantée.

C'est la classe aristocratique de Chagan, centre politique, économique culturel et militaire, qui en avait lancé la mode.

On raconte que Wu Zetian, l'unique impératrice de l'histoire de la Chine (dynastie Tang) avait ordonné l'éclosion de toutes les fleurs de son jardin une nuit d'hiver de l'an 691. Au matin, seule la pivoine montrant un caractère bien trempé avait décidé de n'en faire qu'à sa tête et d'attendre le printemps. Humiliée et folle de rage, la souveraine exila alors toutes les pivoines et les envoya à Luoyang, dans la province du Henan, où elles s'épanouirent fièrement, donnant lieu à un magnifique spectacle fleuri.

La ville est alors devenue la capitale de cette fleur où se tient traditionnellement chaque printemps le festival de la pivoine. Les parcs se parent des centaines de variétés existantes de cet emblème chinois. On y vient en foule admirer « la reine des fleurs », ses magnifiques couleurs et dans sa variété, la plus superbe dite « ceinturée d'or » d'une couleur entre le vermillon et le rouge sang rehaussée d'un fin cercle d'or dessiné par les étamines au milieu de la corolle.

On dit qu'un empereur de la dynastie Tang avait même fait construire un pavillon spécial en bois d'aloès parfumé d'où il pouvait contempler sa collection.

 

La pivoine de Pierre Joseph Redouté

 

Ce n'est qu'à partir du début du premier Empire que la pivoine est implantée en France lorsque l'empereur Chinois pour séduire l'Impératrice Joséphine lui fit livrer une collection de ses magnifiques pivoines arbustives et herbacées (la Compagnie des Indes en avait déjà amenées à la fin du 18ème siècle mais elles ne survécurent pas). Pierre Joseph Redouté, peintre des fleurs de l'Impératrice les illustra.

Joséphine, la princesse à la main verte, les conserva à la Malmaison, parmi tous ses trésors végétaux, avant d'en faire don au Comte de Cussy qui lui-même les céda à Auguste Calot, pépiniériste. Elles deviendront dès lors, synonymes de plaisir d'offrir.

 

Fleur de richesse et d'honneur

 

 

 

 

Dans le langage des fleurs, chacune est souvent associée à une couleur qui lui donne une signification particulière.

Comme ses consoeurs, la pivoine n'échappe pas à cette règle. Pour la Chine, son pays d'origine, elle est considérée comme une fleur de pouvoir rassemblant la beauté féminine, la générosité, l'élégance, le respect, la dignité ou le succès. Les poètes chinois l'utilisaient pour symboliser l'amour et la fraîcheur du printemps. « La pivoine est une beauté rouge qui parfume la rosée. » disait Li-Bo

 

Selon la colorimétrie qui habille ses pétales, le symbole peut être différent. Son mélange d'ambivalence est révélateur de la complexité et de la multitude de ses sentiments.

Elle peut incarner à la fois la chance, la prospérité, la joie, la honte ou la jalousie.

Offerte lors des mariages, elle est censée contribuer à une union heureuse.

La pivoine rose, l'une des couleurs les plus admirées indique le coup de foudre, la beauté et le printemps de la jeunesse. La blanche est souvent offerte en guise d'excuses ou pour remercier un être cher. La mauve marque l'amitié.

 

 

 

 

Aussi réputée pour ses couleurs vives, ses teintes et nuances ont inspiré une légende qui continue d'exister dans notre monde actuel à travers l'expression « rougir comme une pivoine ».

 

L'histoire parle ici de la nymphe Peonia, qui comme la plupart des naïades était d'une incroyable beauté. Courtisée par Apollon et tous les dieux, elle eut la mauvaise idée d'en faire un peu trop. Un faux pas qui provoqua l'indignation des tout-puissants et de rendre Aphrodite jalouse. Ils décidèrent alors de changer la pauvre Peonia en une fleur extraordinaire : la pivoine. Quant à son erreur de jugement, pour l'inscrire à jamais dans l'histoire, ils donnèrent à ses pétales la couleur empourprée de la honte ou de la timidité.

Cela n'empêche pas, aujourd'hui, d'offrir un bouquet de pivoines rouges et de leur attribuer une tout autre signification que celle décidée par les antiques divinités comme la passion, l'amour, la séduction, la tendresse ou la délicatesse.

En Chine et au Japon le rouge foncé est fortement associé à l'honneur, au respect, la richesse ou la prospérité.

 

Arbustive ou herbacée, il lui faut du temps pour être belle !

 

 

Paeonia officinalis

 

Les chinois cultivent la pivoine arbustive depuis 1500 ans. Celles que nous avons aujourd'hui, nous les devons au botaniste anglais Joseph Bancks (1743-1820, il introduit aussi l'eucalyptus et le mimosa) qui obtint de la Chine en 1789 un pied de pivoine ligneuse dont un fut cultivé pour la première fois en France à la Malmaison en 1803.

 

 

L'autre pivoine, c'est la pivoine herbacée. On la multiplie par simple division de ses racines qui sont charnues, en veillant à laisser quelques yeux au collet.

La pivoine se plante très tôt en automne. Elle a besoin d'une exposition chaude et ensoleillée. A l'ombre intense, elle n'y fleurit jamais ou très rarement.

La pivoine demande entre cinq et huit ans avant de produire ses premières fleurs. Alors mieux vaut se procurer cette merveille en conteneur. Elle sera d'autant plus florifère qu'elle comptera plusieurs années de plantation. Celle que l'on appelle « pivoine des jardins », « Rose de Notre Dame » est un peu casanière et déteste être dérangée. Une fois en place, elle peut fleurir et se multiplier pendant plus de 60 ou 70 ans.

Doit-on pour autant la juger capricieuse, du seul fait qu'elle retient longtemps sa floraison ? Il faut du temps pour être aussi belle.

 

 

Pour que les pivoines en bouquet tiennent le plus longtemps possible, il est conseillé de les cueillir le soir, à demi-épanouies et de faire tremper les tiges jusque sous la fleur, en y ajoutant une bonne cuillerée de miel.

En bouquet la pivoine sera belle avec le feuillage de l'églantier, de la rose ou de l'aubépine.

Si elle est blanche, elle se suffit simplement à elle-même.

 

Le vase aux pivoines - Manet

 

La pivoine fut une immense source d'inspiration pour le peintre Edouard Manet (1832-1883). On la retrouve notamment en fleurs coupées dans « le vase aux pivoines » et « branches de pivoines blanches et sécateur ». La forme et le rythme de ses pétales évoquent à merveille la complexité des sentiments passionnels.

 

Dans son poème « Pétales de pivoine», Appolinaire associe la fleur à la beauté féminine.

 

 

 

 

Pétales de pivoine

 

Pétales de pivoine
Trois pétales de pivoine
Rouges comme une pivoine
Et ces pétales me font rêver

 

Ces pétales ce sont
Trois belles petites dames
À peau soyeuse et qui rougissent
De honte
D’être avec des petits soldats

 

Elles se promènent dans les bois
Et causent avec les sansonnets
Qui leur font cent sonnets

 

Elles montent en aéroplane
Sur de belles libellules électriques
Dont les élytres chatoient au soleil

 

Et les libellules qui sont
De petites diablesses
Font l’amour avec les pivoines
C’est un joli amour contre nature
Entre demoiselles et dames

 

Trois pétales dans la lettre
Trois pétales de pivoine.

Quand je fais pour toi mes poèmes quotidiens et variés
Lou je sais bien pourquoi je suis ici
À regarder fleurir l’obus à regarder venir la torpille aérienne
À écouter gauler les noix des véhémentes mitrailleuses

 

Je chante ici pour que tu chantes pour que tu danses
Pour que tu joues avec l’amour
Pour que tes mains fleurissent comme des roses
Et tes jambes comme des lys
Pour que ton sommeil soit doux

 

Aujourd’hui Lou je ne t’offre en bouquet poétique
Que les tristes fleurs d’acier
Que l’on désigne par leur mesure en millimètres
(Où le système métrique va-t-il se nicher)
On l’applique à la mort qui elle ne danse plus
Mais survit attentive au fond des hypogées

 

Mais trois pétales de pivoine
Sont venus comme de belles dames
En robe de satin grenat
Marquise
Quelle robe exquise
Comtesse
Les belles f…es
Baronne
Écoutez la Mort qui ronronne
Trois pétales de pivoine
Me sont venus de Paris.

 

Courmelois, le 22 mai 1915

Guillaume Apollinaire, Poèmes à Lou

 

 

 

Dans les douves médiévales du château de Sourches à Saint-Symphorien à 25 km à l'ouest du Mans dans la Sarthe, un extraordinaire conservatoire et observatoire de la pivoine rassemble près de 3000 plants parfaitement répertoriés de cette magnifique fleur.

http://www.chateaudesourches.com/conservatoire-de-la-pivoine/

https://www.chateaudesourches.com/

 

 

 

 

Enfin, si vous aimez le parfum ensorcelant de la pivoine, le célèbre parfumeur Guerlain a sublimé les essences de la fleur par la bergamote et le pamplemousse rose dans son parfum « Aqua Allegoria ».

 

 

Je vous souhaite une belle semaine ensoleillée et fleurie

 

Yves

 

 

Rédigé par Yves de Saint Jean

Publié dans #Potager de Saint Jean

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Grand merci Yves car je me suis permise d'offrir tes belles pivoines -en cadeau virtuel- à l'occasion de la Fête des Mères, pour plusieurs personnes toutes RAVIES!
Répondre
Y
bravo